Clips, reportages, lives : lien YouTube

 

LA VOIX DU JURA 8 novembre 2018

 

 

LONS LE SAUNIER le 24 octobre 2018

 

 

LE PROGRES du 24 octobre 2018

"Beautée, talent et conviction, Agsila est la voix du Sénégal"

 

 

 

Radio Chine Internationale 16 Juin 2017 avec Dave

"Une voix pour la cause des femmes"

SOLEIL Grand air mercredi 4 janvier 2017

par M. Coumba Seck

 

 

RTS 1 "Les rendez-vous du samedi"

24 décembre 2016

 

RDV 12/14

12 décembre 2016

 

 

24 HEURES

27 décembre 2016

 

LE QUOTIDIEN

27 décembre 2016

 

 

RSI la matinale de Alioune DIOP

27 Décembre 2016

Extrait YouTube

 

 

Hommage aux victimes de la décharge de Beubeuss Dakar.

Agsila lance un message à travers son titre "Yonena" :

"les esprits ne sont pas contents. Ils nous ont laissé une planète propre et qu'avons nous fait ?" 

 

 

________________

 

Par Ibrahima DIA

Agsil signifie en woloff bienvenue. Le «a» symbolise l'Afrique belle et Rokhaya Diop à l'état civil a profité de ce weekend de nativité 2016 pour inviter le monde à parcourir à travers ses mélodies mais aussi à travers la nature et tout ce qui nous entoure de vivant. Elle a convié la   presse pour présenter son maxi single.

«L'Afrique est mon rêve» proclame Agsila, je m'inspire des chants polyphoniques des pygmées, je chante en «boudo» une langue du Cameroun, le lingala etc… Elle poursuit que tous les africains ont les mêmes gènes parce que venant tous de l’Egypte. Le potentiel culturel de notre continent est  immense et qu'il faut l'exploiter souligne Agsila et que cette nouvelle production représente l'Afrique dans toute sa diversité. Actuellement elle dispose d'un répertoire de  plus de 100 morceaux. Elle a du suivre une formation avec Alsolphe Coly de l'orchestre national pour travailler sa voix, le solfege. 

Présentant ce maxi single Agsila parle du titre AmaI qui évoque l'histoire d'ne femme qui, abandonnée par son mari, cultive la terre pour nourrir ses enfants. Cet extrait du spectacle Agsila, femme d’Afrique, plaidoyer nourri de compassion, d'amour sur une musique alliant guitare jazzy et flute peule est un hommage émouvant à l'endurance des femmes d'Afrique particulièrement en milieux rural et ce morceau diffuse le courage et l'espoir, tout comme Simba qui sous forme de contes dénonce le système des castes qui n'est plus actuel en 2016, qui représentait avant une division du travail dans la société traditionnelle. Alors qu'elle même issue de la caste des «noble » exerce la chanson comme métier dévolu jadis aux griots.

Pour Agsila la force est intérieure. Ces femmes africaines courbées toute la journée dans les champs sous un soleil écrasant, démunies sont en faite héroïques. Dans la chanson  «tee noo mbolo» interprétée en Lingala, elle se demande pourquoi l'Afrique ne peut pas être unie dans une ballade pleine d’espoir, «presque une prière» rythmé par des percussions traditionnelles auxquelles répondent guitares acoustique et électriques. Dans la chanson Evumulu, elle évoque la dimension télépathique de l'amour sincère. 

Rappelons que Agsila est la fille d'un professeur de mathématiques et d'une mère issue d'une famille de créateurs qui a sans doute inspirée Agsila pour dessiner elle même ses tenues de scènes. De tous les instruments de musique, elle dit qu'elle a un rapport spécial avec la guitare. Cette admiratrice de Nayanka Bell donne rendez vous à ses fans pour des concerts à Gorée et sur la VDN.

Interpellée sur la piraterie qui gangrène la créative, Agsila demande aux structures de l'Etat censées défendre les artistes de mettre fin à ce fléau parce que dit-elle l'art n'est pas un jeu. 

 clips, reportages, lives : lien You Tube